Les vins québécois dans la culture populaire

Les vins québécois dans la culture populaire 

Avec une demande grandissante année après année, le vin québécois est de plus en plus présent dans la culture populaire locale. En ettet, la montée des grands courants sociaux alimentaires, tournés vers le ‘’consommer local’’, force l’industrie du divertissement et des affaires à s’afficher de plus en plus avec des produits alcoolisés d’ici. Émissions de radio et de télé, chroniques dans les journaux et personnalités publiques attachées aux produits d’ici, les vins québécois n’ont jamais eu une aussi bonne visibilité que maintenant.

Politiciens et gens d’affaires devenus vignerons 

Au tournant des années 2000, plusieurs personnalités influentes du Québec Inc voient dans le vignoble local une industrie viable, voire rentable. C’est à cette période que certains des plus grands vignobles du Québec font leur apparition. Le Coteau Rougemont, appartenant à la famille Robert de chez Robert Transport, est l’un des meilleurs exemples pour illustrer ce développement. Aujourd’hui, le célèbre vignoble est l’un des chefs de file en ce qui concerne le commerce du vin avec près de 500 points de vente au Québec (SAQ, supermarché, épicerie fine, etc.) et une trentaine de produits en production. Notons également le passage au monde viticole des gens d’affaires Léon Courville de chez Léon Courville, David Cartier de chez Cartier-Potelle ou bien Normand Lamoureux du Vignoble du Ruisseau.      

À la même époque, la vie de vignerons intéresse certains politiciens qui voient dans cette industrie une belle façon de se rapprocher de leur famille. Situé à Dunham dans les Cantons-de-l’Est, le vignoble Gagliano est encore aujourd’hui associé directement à son propriétaire, Alfonso Gagliano. Et comme dit l'expression : parlez-en bien, parlez-en mal, mais parlez-en! L’ancien ministre libéral est aujourd’hui l’un des vignerons les plus respectés et l’un des mieux représentés par la SAQ. À plus petite échelle, nous retrouvons également nos amis du vignoble Vignes des Bacchantes, fondé par le défunt ministre Jacques Daoust et, bien sûr, l’actuel député de Mirabel, Madame Sylvie D’Amours, propriétaire du vignoble les Vents D’Anges. 


Les vins québécois à la télé et dans les journaux 
Récemment, les filles du magazine Caribou sortait une édition ‘’Hors-Série’’ portant uniquement sur l'industrie du vin local. La parution de cet exemplaire a permis à ses créatrices de parler du vin d’ici sur un grand nombre de tribunes populaires, dont l’émission La soirée est (encore) jeune et Toute le monde en parle. Les vins de chez l’Orpailleur, Du Mas Patriote et du Domaine St-Jacques ont d’ailleurs été servis lors de la grande messe du dimanche la SRC.

Toujours sur la même chaîne, nous pouvons voir à tous les soirs de la semaine le logo des ‘’Vins Certifiés Québec’’ sur les bouteilles de l’émission Bonsoir, Bonsoir animé par Jean-Philippe Wauthier. De plus, un grand nombre de chroniqueurs de vins bien connus du grand public insère souvent - peut-être pas assez - des produits locaux lors de leurs chroniques à la radio, dans les journaux ou bien à la télé. Bref, une belle avancée pour les vins d’ici! 



Les étiquettes d’artistes connus

La principale raison de la popularité des vins de chez Pinard & Filles est sans doute liée aux magnifiques étiquettes créées par l’artiste Marc Séguin. En effet, le branding élaboré en partenariat avec le populaire illustrateur a fait rayonner ce petit vignoble de Magog sur les réseaux sociaux malgré une distribution quasi inexistante. De plus en plus de vignerons se sont laissé inspirer par cette tendance en créant des étiquettes artistiques, souvent à la l’image du vignoble. Nous n’avons qu’à penser aux merveilleuses étiquettes de l’artiste Geneviève Royer pour le vignoble du Mouton Noir ou bien au travail de graphique du vignoble La Seigneurie de Liret à l’Ile d’Orléans.   


Il y a encore beaucoup à faire avant d’avoir une implantation courante des produits viticoles locaux dans la culture populaire des Québécois. En revanche, ces petites avancées récentes montrent un intérêt grandissant chez le consommateur pour les vins d’ici.      



Article précédent


Laissez un commentaire